La récession pointe son nez

IMG_0320La nouvelle est tombée la semaine dernière : le Danemark est le premier pays de l’Union Européenne touché par la récession. Après une première baisse au cours du quatrième trimestre 2007, le PIB a en effet reculé une nouvelle fois au cours du premier trimestre 2008 (-0,6%).

Les prévisions de moyen terme qui entourent le pays étant aujourd’hui, en raison principalement du manque de main-d’œuvre, moins encourageantes que pour la plupart des pays européens, il serait très facile de sombrer dans la déprime.

Il est ainsi probable que le Danemark fasse prochainement l’objet d’attaques dont la virulence serait équivalente à la vague d’éloges formulées à son égard au cours de la période favorable qui vient de s’achever.

Pourtant, cette récession est, sous certains aspects, bénéfique: en raison notamment du manque de main-d’oeuvre, les récentes négociations entourant le renouvellement des conventions collectives ont débouché sur les augmentations salariales les plus élevées depuis 20 ans (entre 12,8 et 13,4% sur 3 ans), ravivant par là les risques de surchauffe. La récession vient donc à priori empêcher tout “déraillement” grave de l’économie.

L’économie danoise est de plus l’une des économies européennes les mieux préparées à la problématique du vieillissement de la population. La série d’excédents budgétaires constatée depuis 2004 et la réduction accrue de la dette publique qui s’en est suivie offrent des marges de manœuvres que beaucoup d’Etats membres de l’UE devraient envier. Après une série de réformes (Etat-Providence, stratégie mondialisation, plan économie 2015, collectivités territoriales…) qui avaient attiré l’attention, les commissions sur la fiscalité et sur l’emploi, destinées à faire face à ce manque de main-d’œuvre (le taux de chômage officiel est de 1,7%) et dont les conclusions ne seront pas rendues publiques avant la mi-2009, remettront à n’en pas douter le pays sous les feux des projecteurs.

La période de transition que traverse aujourd’hui le Danemark me donne ainsi l’occasion de préciser davantage mes intentions avec ce blog:

Chez les danois aussi certaines choses ne tournent pas toujours rond. Des thèmes comme l’éducation, la santé et l’environnement ne seront ainsi quasiment pas abordés dans le cadre du Courrier du Danemark dans la mesure où, à quelques initiatives près, la France n’a pas à rougir de la comparaison. D’autres, comme le « modèle » dit de flexicurité, qui fait tant parler du pays au niveau international, doivent être, sous certains aspects, relativisés.

D’où le véritable but de ma démarche : il ne s’agit pas de proposer, à travers le Courrier du Danemark, une vision idyllique du pays mais un apercu équilibré de son économie, certaines entrées se concentrant sur la mise  à mal de clichés, d’autres mettant l’accent sur les mesures ou principes qui, à défaut d’être tous directement transposables, sont susceptibles de (re)lancer, par l’intermédiaire du MoDem, le débat dans notre pays. Après tout, à quoi bon faire l’Europe si l’on n’échange pas les bonnes recettes ?

Bookmark and Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s