Crise financière: un plan de sauvetage sauce danoise

Fif and Eva's Birthday Oct 2007 022Petite économie très ouverte sur l’extérieur, le Danemark n’est pas épargné par la crise financière. L’indice C20 (vingt premières valeurs de la bourse de Copenhague) a même davantage chuté depuis janvier (-36%) qu’en Grande-Bretagne (-32%) et qu’aux Etats-Unis (-31%). Depuis janvier, 50 milliards d’euros sont ainsi partis en fumée (1).

Face à la crise, le gouvernement danois a présenté, dimanche 5 octobre, au lendemain du simulacre de rencontre organisée à Paris entre pays dits du G4, un plan de sauvetage adapté à un secteur bancaire marqué par l’existence d’un grand nombre d’établissements de petite taille (environ 150!) (2). Un fonds alimenté à hauteur de 4,7 milliards d’euros (2% du PIB) par l’ensemble des banques proportionnellement à leur taille est ainsi destiné à venir en aide aux établissements en difficulté sur une période de deux ans. Parallèlement à cette mesure, la garantie des dépôts est désormais illimitée pour tous les déposants alors qu’elle était jusqu’ici plafonnée à seulement 40 000 euros. La période d’existence du fonds (jusqu’en septembre 2010) doit être mise à profit pour consolider le secteur, la distribution de dividendes et de stock-options devenant interdite. La Banque Nationale propose quant à elle des facilités de prêts pour les établissements dont le seuil de solvabilité dépasse 8%. Que retenir d’un tel plan de sauvetage?

Danmarks Nationalbank's logo

1) Les banques étant désignées comme les principales responsables de la crise actuelle, il est normal, aux yeux des autorités danoises, qu’elles soient mises à contribution. Dans la tourmente actuelle, le plan est donc basé sur un principe de responsabilité.

2) Les banques alimentent le fonds selon leur taille: les gros établissements danois (Danske Bank, Nordea, Jyske Bank), jugés solides, paient donc pour les petits établissements, aujourd’hui victimes de leurs stratégies agressives. Le plan est donc également basé sur un principe de solidarité.

3) Le plan danois se démarque de celui adopté aux Etats-Unis (plan Paulson) dans la mesure où l’Etat (donc le contribuable), n’interviendra que si les 4,7 milliards du fonds créé s’avèreraient insuffisants. Il évite de plus la discrimination opérée par le plan irlandais puisque la garantie illimitée des dépôts vaut également pour les filiales de banques étrangères installées dans le pays.

4) La garantie apportée par l’Etat dans le cas où le fonds ne parviendrait pas à couvrir les pertes subies par les établissements en difficulté permet à d’autres acteurs du secteur financier d’intervenir et d’atténuer le manque de liquidités. Le fonds de pension ATP, plus gros acteur du secteur financier, dont une des tâches est de gérer la retraite complémentaire des danois, vient ainsi d’annoncer avoir prêté un montant proche de 1,5 milliard d’euros à certains établissements bancaires du pays (3).

5) Encore une fois, le Danemark fait face à la crise en ordre relativement serré. Le plan proposé par le gouvernement a ainsi été adopté au Folketing à une écrasante majorité (4). A quand un large tour de table dans notre pays?

La stratégie solo du Danemark semble en tous les cas confortée par les conclusions de la récente visite d’une délégation du FMI dans le pays, selon lesquelles “Strong initial conditions, sound policies, and solid institutions have put the Danish economy in good position to meet the significant challenges that lie ahead” (5).

Il faut également souligner, outre la mise en oeuvre de ce plan, l’existence d’un deuxième filet de sécurité constitué par l’état des finances publiques. Certes, la crise actuelle pourrait diviser par deux l’excédent budgétaire prévu pour 2008 (3,8% du PIB) en raison d’un manque de rentrées fiscales et de la baisse du prix du pétrole, mais le gouvernement semble pouvoir compter sur des marges de manoeuvres équivalentes aux moyens aujourd’hui mobilisés par le secteur bancaire danois en cas de nouveau coup dur.

Outre la date de sortie de crise, que personne n’est en mesure de prévoir, deux questions restent aujourd’hui en suspens. La première, également valable pour la France, a trait à la difficulté d’élaborer un projet de loi de finances crédible pour 2009. Bien que prudente (0,5%), l’hypothèse de croissance retenue par Lars Løkke Rasmussen, le Ministre danois des Finances, ainsi que la plupart des variables macroéconomiques, vont être prochainement révisées.

La deuxième, qui ne vaut que pour le Danemark, concerne l’Euro. Mis entre parenthèses par le non irlandais au projet de constitution européenne et par la crise actuelle, le référendum sur la question sera sans doute remis sur la table avant la fin de la législature (2011). Il ne faut  toutefois pas surestimer les changements induits par une adoption éventuelle puisque la couronne danoise est attachée à l’Euro dans un serpent de +/- 2,25%. A cet égard, les autres exemptions dont “bénéficie” le Danemark, notamment celles relatives à la justice et à la défense, semblent aujourd’hui plus urgentes à lever puisqu’elles limitent son influence politique.

Billede af den samlede danske seddelserie, hvor alle sedler er opgraderet med flere sikkerhedselementer, bl.a. hologram

(1) « 375 milliarder kroner er pist væk« , Politiken, 11 octobre 2008. http://politiken.dk/erhverv/article581759.ece

(2) « Carré VIP à l’Elysée », Christophe Ginisty«  http://www.ginisty.com/weblog/2008/10/carr-vip-lelyse.html

(3) ATP, Arbejdsmarkedets Tillægspension est une contribition obligatoire versée chaque mois au bénéfice des salariés (2/3 par l’employeur, 1/3 par l’employé). Elle vient en complément de la pension d’Etat (Folkepension), touchée à partir de 65 ans. Le conseil d’administration de l’organisme chargé, entre autres choses, de gérer cette épargne complémentaire, est composé de représentants nommés par l’Etat et par les partenaires sociaux.

(4) Ministère danois de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, http://oem.dk/sw22877.asp

(5) International Monetary Fund, Denmark 2008 Article IV Consultation, Preliminary Conclusions of the Mission, October 2, 2008 http://www.imf.org/external/np/ms/2008/100208.htm

Bookmark and Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s